CEBL - Promotion
Actions: lb; msft
Fonds communs: ccm1201
OUTILS ET RENSEIGNEMENTS

Glossaire

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z  

Palier de résistance

Expression utilisée dans l'analyse technique pour indiquer le cours qu'un titre a de la difficulté à atteindre.

Papier

Titre d'emprunt à court terme (quelques jours à un an), négociable, ou qui représente une promesse de payer.

Papier commercial

Titre d'emprunt à court terme (quelques jours à un an) négociable émis par des sociétés non financières.

Papier de sociétés de financement

Titre d'emprunt à court terme négociable émis par les sociétés de financement afin de financer des prêts aux consommateurs pour l'achat de voitures et d'appareils ménagers.

Pari passu

À égalité. Se dit habituellement de plusieurs émissions d'actions privilégiées d'une société qui prennent rang également les unes par rapport aux autres.

Participation déterminante

Le fait d'exercer une influence déterminante. Cela signifie, en théorie, détenir 51% des actions comportant droit de vote d'une société. En pratique toutefois, et cela est particulièrement vrai dans le cas des grandes sociétés, une personne ou un groupe de personnes agissant de concert peut exercer un tel contrôle avec moins de 50% des actions.

Participation directe et indirecte

Participation que détient un particulier ou une société dans d'autres sociétés. Par exemple: la société A détient 500 000 du million d'actions en circulation de la société B. Elle a donc une participation directe de 50% dans la société B. Cette dernière, à son tour, détient 300 000 des 500 000 actions en circulation de la société C. Par conséquent, la société B a une participation directe de 60% dans la société C. Ainsi, en vertu de sa participation directe de 50% dans la société B, la société A a une participation indirecte de 30% dans la société C.

Participation minoritaire

Poste figurant dans des états financiers consolidés et correspondant à l'avoir d'une filiale que la société mère ne possède pas. On parle d'états financiers consolidés lorsque les chiffres de la société mère sont regroupés avec ceux de ses filiales. Même si la société mère ne détient pas la totalité des actions de sa filiale, tous les éléments d'actif et de passif de cette dernière sont combinés au sien. La partie que ne possède pas la société mère est inscrite sous la rubrique participation minoritaire comme un élément de passif au bilan et comme une déduction dans l'état des résultats.

Passif

Dettes ou engagements d'une société parmi lesquels on distingue le passif à court terme, exigible à moins d'un an, et la dette à long terme, dont l'échéance est à plus d'un an. Le passif constitue une rubrique du bilan.

Passif à court terme

Sommes dues et devant être payées dans l'année, par exemple, les créditeurs. Le passif à court terme est une rubrique du bilan.

Pilule empoisonnée

Clause prévue par une société et destinée à repousser une prise de contrôle inamicale. Lorsqu'elle est utilisée, la pilule empoisonnée confère aux actionnaires le droit d'acheter un nombre supplémentaire d'actions à un cours inférieur à celui du marché, ce qui a pour effet d'augmenter le nombre d'actions en circulation et de rendre prohibitif le prix de la prise ferme. Ce type de clause de protection, relativement nouveau au sein des entreprises canadiennes, fait l'objet d'une controverse en ce qui concerne les véritables personnes qu'il est censé protéger, soit les actionnaires ou la direction.

Placement

Valeurs que l'on possède ou que l'on achète en vue de les faire fructifier, d'en tirer un revenu ou une plus-value, ou les deux. Les placements peuvent également porter sur des antiquités, des bâtiments ou des objets d'art.

Placement initial

Première vente publique que l'on fait des titres émis par une société.

Placement admissible

Obligation faite par la loi de certaines provinces auprès des fiduciaires d'investir leurs fonds dans les seuls titres figurant sur la liste désignée par la province ou par le gouvernement fédéral.

Placement légal

Obligation faite par la loi de certaines provinces auprès des fiduciaires d'investir leurs fonds dans les seuls titres figurant sur la liste désignée par la province ou par le gouvernement fédéral.

Placement pour compte

Placement d'une nouvelle émission de titres par le preneur ferme qui s'engage à faire de son mieux sans garantir à la société émettrice que la totalité ou même qu'une partie de l'émission sera vendue. Dans ce cas, le preneur ferme fait fonction de mandataire pour le compte de l'émetteur en plaçant l'émission auprès de ses clients.

Placement privé

Action de prendre ferme une émission et de la vendre à un nombre restreint d'acheteurs, généralement des clients institutionnels, en grosses quantités. Aucun prospectus officiel n'est requis dans ce cas, les acheteurs étant considérés comme des personnes averties.

Planification successorale

Mesures que prend un particulier pour assurer la transmission de ses biens aux bénéficiaires qu'il aura choisis.

Plus-value non réalisée

Profit non réalisé sur une valeur que l'on détient toujours; il ne devient un profit réalisé qu'une fois la valeur vendue. Terme opposé à « perte théorique » (« paper loss »). Exemple: la valeur ABC que l'on a achetée 25$ se négocie aujourd'hui à 27$. Le profit non matérialisé que l'on détient sur cette valeur est donc de 2$.

Point

Se rapporte aux cours des titres. Dans le cas des actions, un point correspond à 1$ par action. Dans le cas d'obligations et de débentures, il est égal à 1% de la valeur au pair. La valeur au pair d'une obligation est presque toujours de 100$.

Point de base

Expression utilisée pour désigner l'écart de rendement des obligations. Un point de base représente un centième pour cent. Ainsi, si l'obligation X a un rendement de 11,50% et l'obligation Y, un taux de rendement de 11,75%, la différence est de 25 points de base.

Politique budgétaire

Politique que suit le gouvernement fédéral afin d'orienter l'activité économique au moyen du prélèvement des impôts et de la gestion du niveau et de la répartition des dépenses gouvernementales.

Politique monétaire

Politique que suit le gouvernement fédéral, par le biais de la Banque du Canada, pour contrôler le crédit et la masse monétaire. La politique est établie pour répondre aux objectifs que se fixe le gouvernement, par exemple la création d'emplois ou la lutte contre l'inflation.

Portefeuille

Ensemble des valeurs mobilières ou des placements détenus par un particulier ou par une institution. Un portefeuille peut contenir diverses obligations de gouvernements ou de sociétés, des actions privilégiées et des actions ordinaires de différentes sociétés ainsi que d'autres types de valeurs et d'éléments d'actif.

Prêt à vue

Prêt dont le remboursement peut être demandé par le prêteur en tout temps. L'emprunteur doit alors rembourser sur-le-champ le prêt ainsi que les intérêts courus. Ce genre de prêt sert d'habitude à financer l'achat de valeurs mobilières. Les prêts personnels octroyés par les banques à leurs clients n'entrent pas dans cette catégorie.

Prêt remboursable sur demande

Prêt dont le remboursement peut être demandé par le prêteur en tout temps. L'emprunteur doit alors rembourser sur-le-champ le prêt ainsi que les intérêts courus. Ce genre de prêt sert d'habitude à financer l'achat de valeurs mobilières. Les prêts personnels octroyés par les banques à leurs clients n'entrent pas dans cette catégorie.

Prime

Excédent du prix de rachat sur la valeur nominale ou le cours d'une obligation ou d'une action privilégiée.

Prise de bénéfice

Vendre des titres pour réaliser un bénéfice ou matérialiser un profit.

Prise en pension

Convention, liée généralement à la négociation de titres d'État, entre un vendeur et un acheteur, dans laquelle le premier accepte de racheter les titres au second à une date ultérieure.

Prise ferme

Achat d'une émission de titres par un ou plusieurs courtiers en valeurs mobilières ou preneurs fermes dans le but de la revendre. Toutes les modalités de cette opération sont énoncées dans le « contrat de prise ferme ».

Privilège

Droit sur un bien remis en nantissement ou hypothéqué pour garantir l'exécution d'une obligation.

Prix de levée

Prix auquel on peut acheter l'élément sous-jacent dans le cas d'une option d'achat ou vendre l'élément sous-jacent dans le cas d'une option de vente.

Prix de l'option

Somme que verse l'acheteur d'une option pour exercer les privilèges de son titre et que reçoit le vendeur d'une option qui doit, en contrepartie, honorer les obligations rattachées au titre.

Prix d'exercice

Prix auquel on peut acheter l'élément sous-jacent dans le cas d'une option d'achat ou vendre l'élément sous-jacent dans le cas d'une option de vente.

Procuration

Autorisation écrite donnée par un actionnaire à une autre personne, actionnaire ou non, pour le représenter et exercer les droits de vote afférents à ses actions au cours d'une assemblée d'actionnaires.

Profit non matérialisé

Profit non réalisé sur une valeur que l'on détient toujours; il ne devient un profit réalisé qu'une fois la valeur vendue. Terme opposé à « perte théorique » (« paper loss »). Exemple: la valeur ABC que l'on a achetée 25$ se négocie aujourd'hui à 27$. Le profit non matérialisé que l'on détient sur cette valeur est donc de 2$.

Profit théorique

Profit non réalisé sur une valeur que l'on détient toujours; il ne devient un profit réalisé qu'une fois la valeur vendue. Terme opposé à « perte théorique » (« paper loss »). Exemple: la valeur ABC que l'on a achetée 25$ se négocie aujourd'hui à 27$. Le profit non matérialisé que l'on détient sur cette valeur est donc de 2$.

Pro forma

Se dit d'un document préparé en se fondant sur certaines hypothèses ou en tenant compte des engagements contractuels en vue. Par exemple, une société qui prévoit lancer une émission doit informer les investisseurs de la manière dont elle entend utiliser le produit de la vente des titres. Elle publiera un bilan pro forma qui prend en compte ce nouvel apport de fonds dans son exploitation. Les actionnaires sont ainsi informés de l'utilisation qu'en ferait la société si, à la date de rédaction du bilan, elle était en possession des fonds.

Projet de prospectus

Prospectus élaboré pour usage « interne » seulement à des fins d'étude par la société qui émet les titres et par les preneurs fermes. Il ne fournit que des données essentielles sur la société ainsi que quelques détails finals sur les conditions relatives à la prise ferme projetée. Ce n'est pas un document juridique et il n'a pas à être strictement conforme aux critères de la commission des valeurs mobilières. C'est en fait une version qui précède un prospectus provisoire et qui ne peut servir à offrir des titres au public.

Propriétaire

Propriétaire des valeurs dans le cas où celles-ci sont immatriculées au nom d'un courtier, d'un fiduciaire ou d'une banque afin d'en faciliter le transfert ou de garder l'anonymat. C'est à lui que sont versés les dividendes, les intérêts et tout produit tiré d'une vente (voir titre nominatif).

Prospectus

Document juridique qui présente les caractéristiques d'une émission offerte au public. Ce document donne généralement de l'information pertinente sur l'exploitation de la société, les titres, la direction et l'objet d'une telle émission. Il doit être préparé conformément aux prescriptions de la commission des valeurs mobilières compétente.

Prospectus définitif

Prospectus qui remplace le prospectus provisoire et dont le dépôt est accepté par les commissions des valeurs mobilières compétentes. Il donne tous les renseignements obligatoires sur la nouvelle émission; un exemplaire de ce document doit être remis aux premiers acheteurs de l'émission.

Prospectus provisoire

Prospectus qui ne contient pas tous les renseignements donnés dans le prospectus définitif et qui sert à sonder l'intérêt du public pour l'émission pendant qu'elle est examinée par la commission des valeurs mobilières. (On l'appelle « red herring prospectus » en anglais, car certains renseignements sont imprimés à l'encre rouge en première page).